newsletter

Entretien : Vincent Montet

, directeur de la stratégie digitale du groupe EDH (Efap, EFJ et Icart)

Les élèves doivent accéder à une liberté digitale


Entretien : Vincent Montet

, directeur de la stratégie digitale du groupe EDH (Efap, EFJ et Icart)
lundi 18 mai 2015
155
316
133
19
2
 
 

Fraîchement nommé directeur de la stratégie digitale du groupe EDH (écoles Efap, EFJ et Icart), Vincent Montet entend enclencher une importante transformation digitale des campus. Les étudiants accéderont à un réseau social d'entreprise et devraient jouer un rôle déterminant dans cette transition. Interview.

Chiffres clés du groupe EDH - Date de création : 1961
- 3 écoles : l'Efap, l'EFJ et l'Icart
- 5 campus à Paris, Lille, Lyon, Bordeaux et New York
- 2500 étudiants
- 20 000 diplômés dans tous les secteurs d'activité
Vincent Montet - directeur de la stratégie digitale du groupe EDH (Efap, EFJ et Icart)
Bio express A 45 ans, Vincent Montet allie 20 ans de carrière pédagogique et business. Apres avoir lancé des startups dans le domaine de l'emploi et du travail collaboratif, il fonde ensuite son agence de communication digitale qui donnera naissance à l'agence Grenade&Sparks dont il sera associé fondateur. En parallèle, il a créé il y a 17 ans le premier MBA spécialisé dans le secteur de l'e-commerce au pôle universitaire Léonard de Vinci qu'il dirigera jusqu'en 2015. Il intervient régulièrement sur la transformation digitale des métiers du marketing et de la communication à l'ESSEC, l'IAE, le CNAM, etc. Membre du Board de l'IAB France, il est en charge des dossiers emploi/formation pour l'association.

Son twitter : @vincentmontet
Vous avez pour mission d'enclencher la transformation digitale du groupe EDH. Quels sont les principaux chantiers ?
Vincent Montet : « Il y a d'abord un point important : c'est que je suis directement rattaché à la présidence du groupe. Il ne s'agit pas de nommer un simple « Monsieur digital » mais de déployer une stratégie transverse. Cette transformation va s'articuler autour de trois axes. D'abord, la visibilité en ligne. Sur ce point, je compte m'appuyer sur des trésors qui restent aujourd'hui totalement invisibles. Il existe, par exemple, dans le groupe une webradio quotidienne qui n'est absolument pas connue car les étudiants n'ont pas reçu de formation pour la promouvoir. Autre exemple : chaque année, 70 étudiants de l'Efap assistent au Festival de Cannes. Lors de l'événement, aucun hashtag n'est visible alors que c'est le festival de cinéma le plus médiatisé au monde.

Le deuxième chantier concerne la pédagogie. Dans un premier temps, il s'agit de déterminer quels cours font encore défaut. A l'EFJ, nous devons par exemple rajouter des matières comme le data journalisme. Nous allons ensuite entamer un travail avec chaque professeur pour voir de quelle manière chacun peut digitaliser la matière grise de son cours.

Le dernier chantier, c'est la digitalisation des élèves, des professeurs et de l'administration. Cela va notamment passer par le déploiement d'un réseau social d'entreprise (RSE) dont le but est de permettre aux élèves d'accéder à une véritable liberté digitale. Nous voulons que cette digitalisation vienne du bas, par les élèves, grâce à leurs usages. L'idée est de partir du chaos pour ensuite mettre un système en place. Il n'est pas question non plus de mettre de côté les professeurs et l'administration. Eux aussi utiliseront le réseau social d'entreprise et nous allons déployer des outils d'e-learning et de pédagogie enrichie.
Pour résumer, l'accent sera définitivement porté sur la visibilité et la liberté digitale des étudiants. Le reste s'implémentera au fil de l'eau. »
Concrètement comment allez-vous procéder ?
V.M. : « Je vais m'appuyer sur plusieurs équipes. D'abord sur tous les directeurs des établissements répartis à Paris, Bordeaux, Lyon, Lille et New York. Sans leur implication, la transformation est impossible. Ensuite, je vais collaborer étroitement avec les nouvelles équipes de la communication et du développement. Et nous nous appuierons enfin sur des experts thématiques. Nous sommes dans un état d'esprit très startup. Nous devons être agiles et, surtout, nous donner le droit à l'erreur. Oui, il y a des choses qui ne vont pas marcher, mais ces échecs vont créer de la valeur. Ils permettront de mieux comprendre l'enjeu de la transformation. Par exemple, nous ne prévoyons pas de déployer un outil unique mais d'en tester plusieurs et de nous adapter au fur et à mesure en fonction des retours des professeurs et des élèves. Je ne viens pas avec un schéma directeur et des convictions inébranlables. »
Selon vous, l'expérience « élève » doit être pensée comme l'expérience client ?
V.M. : « Oui. Jusqu'à présent, l'expérience de l'élève se divisait en deux grandes parties : les cours magistraux en amphithéâtre et le TD à 30 personnes. Dans les deux cas, les étudiants se retrouvaient dans une bulle coupée du monde extérieur. Cette période est révolue. Désormais, c'est la fameuse « grande conversation » : les élèves échangent entre eux mais aussi avec le monde extérieur. On ne peut plus enseigner comme avant avec 30 portables connectés devant nous. Et si les professeurs conservent cette approche, ils se réduisent à un programme TV que les élèves écoutent à moitié en s'adonnant, en même temps, aux pratiques de la social TV. Il faut penser l'expérience de l'élève comme l'expérience client avec trois étapes : un avant, un pendant et un après. Les professeurs doivent réfléchir à ce qu'ils peuvent proposer aux élèves en amont du cours, et ça ne peut pas se résumer à trois liens vers des pages web. Cette génération veut être surprise. Il faut donc la surprendre pour qu'elle puisse apprendre. Pendant le cours, le professeur doit ainsi privilégier l'interaction, les échanges. Il faut aussi réfléchir à l'après. Comment faire en sorte que l'étudiant assimile correctement ce qu'il vient d'apprendre ? Pour résumer, le professeur doit devenir un guide et un animateur de communauté. »
Cette transformation digitale va-t-elle se refléter physiquement sur les campus ?
V.M. : « Oui. Dans le cadre de notre nouveau MBA « digital, marketing et business », que nous lançons en partenariat avec le Hub Institute, nous allons créer une sorte de salle témoin. Ce sera un espace enrichi de nouvelles technologies, avec un écran interactif et surtout tout un équipement pour que les étudiants puissent se connecter librement à Internet et brancher facilement leur ordinateur. Nous réfléchissons également à l'installation d'un mur social qui permettrait de rapatrier tous les hashtags des étudiants pour montrer en temps réel la vie digitale du groupe sur l'ensemble des campus. Le premier projet concret qui va changer la donne c'est le déploiement du réseau social d'entreprise qui sera notamment disponible sur le smartphone des élèves. »
Ses indispensables Votre device favori ?
Le mobile.

Votre réseau social fétiche ?
Facebook.

Votre donnée la plus précieuse ?
La visibilité du hashtag.
Entretien :
Pour aller plus loin avec IBM
0 commentaire(s)
Social Business

Transformer sa boite mail en plateforme de messagerie d'entreprise multifonction

Rares sont les entreprises qui aujourd'hui n'utilisent pas d'emails, de services de messagerie interne, les réseaux sociaux ou tout autre programme de partage de contenu. Chaque jour, plus de 100 milliards de mails professionnels sont envoyés à travers le monde. Résultat : les boîtes de réception accumulent les emails non-lus, le stress de l'employé monte, son organisation s'en fait ressentir et donc inéluctablement sa productivité.

télécharger l'étude
Business Analytics

Optimisez l'expérience e-commerce : les clés pour enchanter ses clients

Le e-commerce est en plein essor. Là où il y a quelques années, les géants du secteur comme Amazon, eBay ou PriceMinister étaient les seuls à mener la danse, ils sont maintenant rejoints par une multitude de services alternatifs, souvent spécialisés et s'adressant parfois à une cible bien précise.

télécharger l'étude
Marketing Management

Le mobile : l'arme « engagement » des marques

En exploitant habilement le potentiel offert par les usages mobiles, les marques peuvent nouer avec leurs clients de véritables relations de proximité. Un atout de taille pour se distinguer de la concurrence et doper ses ventes.

télécharger l'étude
Toutes les études

suivez-nous...

Retrouvez et partagez
toutes nos actualités

IBM
Social Business

Transformer sa boite mail en plateforme de messagerie d'entreprise multifonction

Rares sont les entreprises qui aujourd'hui n'utilisent pas d'emails, de services de messagerie interne, les réseaux sociaux ou tout autre programme de partage de contenu. Chaque jour, plus de 100 milliards de mails professionnels sont envoyés à travers le monde. Résultat : les boîtes de réception accumulent les emails non-lus, le stress de l'employé monte, son organisation s'en fait ressentir et donc inéluctablement sa productivité.

télécharger l'étude
{POPUP_CONTENT}