Revue de web internationale
10 févr.
Le conglomérat chinois Dalian Wanda vient d'acheter aux côtés d'autres investisseurs, la société suisse de marketing du sport, Infront Sports & Media. Montant de la transaction : près d'1,2 milliard de dollars. L'entreprise suisse, anciennement dirigée par le neveu de l'actuel président de la FIFA, s'occupe de la répartition des droits de couverture et de rediffusion de plusieurs grands événements sportifs internationaux, comme la Coupe du monde de football par exemple. Après validation de la vente, Dalian Wanda devrait posséder 68,2% de la société. Les noms des autres actionnaires n'ont, pour l'instant, pas encore été révélés. Le conglomérat chinois est dirigé par le milliardaire Wang Jianlin, deuxième fortune de Chine après le fondateur d'Alibaba Jack Ma. Il est à l'origine de la politique d'investissement à l'international et de diversification de Dalian Wanda. Crédit Photo : Flickr par Fortune Live Media
A lire sur : bbc.com
71 partages
10 févr.
WeChat, la messagerie instantanée sur mobile développée par Tencent, surfe sur le buzz autour des traqueurs de fitness pour lancer un réseau social de « compétition sportive ». En installant l'option WeChat Sports à l'application, il sera maintenant possible de synchroniser ses « wearable » avec WeChat, ou même de directement transformer son smartphone en traqueur fitness. Pour ce dernier point, il faudra néanmoins être équipé d'un téléphone avec détection de mouvements, comme l'iPhone 5S. WeChat Sports se concentrera sur l'enregistrement du nombre de pas que fera son utilisateur par jour. L'application mobile comparera ses résultats à ceux de ses amis ou des autres personnes connectées et proposera un classement quotidien des « meilleurs marcheurs ». Pour l'instant, cette fonctionnalité ne sera disponible qu'en Chine. Avec près de 500 millions d'utilisateurs actifs mensuels revendiqués par WeChat, l'option Sports de l'application pourrait rapidement prendre de l'ampleur... Crédit Photo : Flickr par Jean-François Gornet
A lire sur : techinasia.com
72 partages
10 févr.
En mars, les internautes pourront contrôler un bras robotique industriel directement depuis leur ordinateur. Mise en place par GFT Group à l'occasion de sa compétition Code_n, une application web baptisée RoboChop permettra de diriger un robot industriel pour lui faire façonner l'objet de son choix. Le manieur de robot d'un jour n'aura qu'à se connecter à l'application pour travailler sur l'un des 2 000 blocs de polyester mis à disposition par l'entreprise. Quatre bras robotiques dans un entrepôt d'Hanovre en Allemagne fabriqueront n'importe quel objet à partir de ces cubes de 50cm de côté, de la sculpture abstraite à la chaise de salon, en passant par la table basse. L'utilisateur verra ensuite son oeuvre emballée et directement expédiée à son domicile. Cette initiative a pour but de démontrer de manière concrète les applications que l'Internet des Objets (Internet oh Things) peut avoir sur la vie réelle. Crédit Photo : GFT Group
A lire sur : theverge.com
74 partages
09 févr.
Adidas a lancé aujourd'hui son application mobile de réservation de baskets baptisée Confirmed App. Disponible sur l'Apple Store comme sur Google Play, elle ne peut néanmoins être utilisée qu'à New York pour l'instant. Les mobinautes new-yorkais auront accès à des éditions limitées de chaussures de la marque, qui les alertera via l'application à l'aide de notifications lorsque les périodes de réservation s'ouvriront. L'application mobile est équipée d'une fonction de géolocalisation afin d'éviter les fraudes. Le client pourra ainsi retirer son produit dans un magasin proche de chez lui. Une manière également d'éviter les files d'attente interminables et la cohue à l'ouverture des boutiques lors du lancement de certains produits très demandés. Cette annonce arrive juste à point nommé pour le lancement de la nouvelle ligne de vêtements du célèbre chanteur Kanye West, qui sortira notamment des paires de baskets Adidas, qui seront disponibles grâce à cette application. Crédit Photo : Flickr par Julia P
A lire sur : forbes.com
69 partages
09 févr.
Des bruits circulent sur la toile, prêtant à Netflix l'intention de développer une série inspirée de la célèbre franchise de jeu vidéo japonais, « The Legend of Zelda ». Selon plusieurs sources, le service de streaming travaillerait en étroite collaboration avec Nintendo, à l'origine du jeu vidéo et serait actuellement en train de rechercher activement un scénariste pour une hypothétique série. Cette adaptation serait définie comme un « Game of Thrones » familial, reprenant les thèmes d'aventure, sortilège et magie dans une version heroic fantasy plus édulcorée. Cependant la communauté geek internationale devra attendre un peu avant de sauter de joie, car un tel projet, si projet il y a vraiment, a encore bien du chemin à faire avant d'arriver sur les écrans. Après une vingtaine d'opus parus depuis l'original en 1986 sur NES, Nintendo n'a accordé que très peu de droits d'exploitation de sa franchise et pourrait tuer la série dans l'oeuf avant même que son développement ne débute. Pour l'instant Netflix n'a pas voulu commenter l'information et Nintendo a fait savoir de son côté qu'elle ne réagissait ni sur les rumeurs, ni sur les spéculations. Crédit Photo : Flickr par Takuma Kimura
A lire sur : blogs.wsj.com
69 partages
09 févr.
Google est actuellement en train de développer une nouvelle option basée sur son service Hangouts. Le géant américain mène une série de tests autour d'un service de conseils en ligne, par vidéo chat via Google Hangouts. Aujourd'hui disponible entre six heures du matin et six heures du soir sur la côte ouest des Etats-Unis, il permet de rentrer en contact avec un « expert Google » à même de répondre à n'importe quelle question sur un produit à vendre de la marque (smartphone, tablette etc). Selon Techcrunch, dont certaines informations ont été confirmées par Google, le service sera gratuit et disponible dans un premier temps essentiellement via Google Play. Il devrait s'ouvrir au grand public en novembre prochain et pourrait s'implanter dans différents endroits et sur différentes plateformes. Google réfléchirait par exemple au déploiement de « bureaux d'aides virtuels » au sein de magasins physiques, avec pour but de revisiter notre manière de faire du shopping. Crédit Photo : Flickr par U.S. Department of Agriculture
A lire sur : techcrunch.com
72 partages
06 févr.
Il semblerait qu'Apple ait pris une longueur d'avance dans le secteur de l'e-santé sur ses deux principaux concurrents que son Google et Samsung. Selon une enquête Reuters, plusieurs hôpitaux seraient d'ores et déjà en train de tester le dispositif Healthkit d'Apple, alors que Google et Samsung ne sont encore qu'au stade des négociations. Sur les 23 centres de soins contactés par l'agence de presse, 14 d'entre eux se sont équipés du Healthkit, notamment pour contrôler les patients atteints d'une maladie chronique comme le diabète ou l'hypertension. Apple enregistre là une avance significative mais pourtant moins surprenante que l'on pourrait le croire. Google avait déjà lancé en 2008 un premier projet baptisé Google Health, qui mettait à disposition des patients comme des médecins, une plateforme de stockage de données. Ce service avait été enterré en 2013 et Google se concentrait depuis lors sur une nouvelle solution cloud. Quant au matériel de suivi médical, comme son Google Fit, concurrent sur le papier de l'Healthkit lancé en juin dernier par Apple, il se focalise aujourd'hui sur la nutrition et l'exercice physique. Apple ferait mieux de garder un oeil sur son rétroviseur, il se pourrait que Google revienne en trombe. Crédit Photo : Fotolia
A lire sur : theverge.com
72 partages
06 févr.
YouTube est en train de tester une nouvelle fonctionnalité pour certaines de ses vidéos qui a déjà fait ses preuves dans d'autres secteurs : les caméras multi-angles. Le grand public s'est déjà familiarisé avec ce système sur Internet, notamment dans le sport, ou l'internaute pouvait choisir sa caméra lors du déroulement ou du visionnage en replay d'un match. YouTube veut rendre cela possible sur une partie de ses contenus vidéos. Actuellement en phase de test auprès d'un petit groupe sélectionné d'internautes aux Etats-Unis, YouTube a tenté l'expérience pour la première fois lors du concert de la musicienne Madilyn Bailey. Le show étant filmé par quatre caméras, le spectateur pouvait passer de l'une à l'autre grâce à son clavier numérique. Si le service n'est pas encore parfait (quelques instants de lag entre les changements d'angle), il semble prometteur. Crédit Photo : Flickr par webtreats
A lire sur : fastcompany.com
77 partages
06 févr.
La Chine durcit, une fois encore sa législation Internet au sein de ses frontières. Le gouvernement s'attaque cette fois à l'un des symboles emblématiques de l'utilisation grand public d'Internet : l'anonymat. Dans une nouvelle clause de régulation, signée au début du mois de février et qui devrait entrer en vigueur dès le mois de mars prochain, tous les pseudonymes seront désormais prohibés au moment de l'enregistrement sur des services web tels que les réseaux sociaux, les plateformes de discussion ou encore les blogs. Les internautes pourront toujours interagir à travers leurs avatars portant un nom de leur choix, mais chacun d'eux devra absolument être lié à un compte utilisateur où l'identité exacte de son propriétaire sera stipulée. Il sera désormais illégal de se faire passer pour quelqu'un d'autre sur la toile ou d'ouvrir des comptes au nom de personnalités politiques. Une manière, selon le gouvernement chinois, d'augmenter la sécurité sur le web et d'empêcher la propagation de certaines « fausses rumeurs »... Crédit Photo : © frank peters - Fotolia
A lire sur : zdnet.com
72 partages
05 févr.
Selon une enquête menée par l'entreprise de sécurité en ligne Marble Labs, près de 42 % des applications jugées « dangereuses » présentes sur les Apple et Google app stores seraient développées aux Etats-Unis. Par applications « dangereuses, malveillantes ou risquées » Marble Labs définit les programmes qui, par exemple, utilisent les données personnelles des mobinautes de manière illégale. Une application malveillante peut partager ces données sans demander l'accord de l'utilisateur, les vendre à d'autres services, ou encore installer d'autres programmes directement sur un mobile afin de soumettre à son client une publicité supplémentaire. Ce chiffre est à prendre avec un certain recul, sachant que les Etats-Unis sont, de loin, le plus gros producteur d'applications mobiles au monde. Si on regarde le nombre de programmes malicieux développés en pourcentage, c'est la Chine qui arrive largement en tête, avec 9 % d'applications jugées « à risque » mises au point par ses développeurs. En deuxième position on retrouve Taiwan avec 7 %, puis Singapour avec un taux de 4 %. Les applications malveillantes aux Etats-Unis, elles, ne représentent qu'1 % de l'ensemble de la production du pays. Crédit Photo : © pitris - Fotolia
A lire sur : theguardian.com
72 partages
Début | < | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | > | Fin 
Marketing Management

Le mobile : l'arme « engagement » des marques

En exploitant habilement le potentiel offert par les usages mobiles, les marques peuvent nouer avec leurs clients de véritables relations de proximité. Un atout de taille pour se distinguer de la concurrence et doper ses ventes.

télécharger l'étude
Business Analytics

Optimisez l'expérience e-commerce : les clés pour enchanter ses clients

Le e-commerce est en plein essor. Là où il y a quelques années, les géants du secteur comme Amazon, eBay ou PriceMinister étaient les seuls à mener la danse, ils sont maintenant rejoints par une multitude de services alternatifs, souvent spécialisés et s'adressant parfois à une cible bien précise.

télécharger l'étude
Social Business

Transformer sa boite mail en plateforme de messagerie d'entreprise multifonction

Rares sont les entreprises qui aujourd'hui n'utilisent pas d'emails, de services de messagerie interne, les réseaux sociaux ou tout autre programme de partage de contenu. Chaque jour, plus de 100 milliards de mails professionnels sont envoyés à travers le monde. Résultat : les boîtes de réception accumulent les emails non-lus, le stress de l'employé monte, son organisation s'en fait ressentir et donc inéluctablement sa productivité.

télécharger l'étude
Toutes les études

suivez-nous...

Retrouvez et partagez
toutes nos actualités

IBM
Marketing Management

Le mobile : l'arme « engagement » des marques

En exploitant habilement le potentiel offert par les usages mobiles, les marques peuvent nouer avec leurs clients de véritables relations de proximité. Un atout de taille pour se distinguer de la concurrence et doper ses ventes.

télécharger l'étude
{POPUP_CONTENT}